Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Mercure attachant ses talonnières" Dessin R. Dumoux 2015 ©viapictura.com

"Mercure attachant ses talonnières" Dessin R. Dumoux 2015 ©viapictura.com

Diderot et son aventure dans le monde de l'Art : une belle évolution culturelle.

 

Il s'y engage dans les années 1750 par trois entrées et mutations :
- la 1ère est l'aventure de l'Encyclopédie : il s'agit là de réévaluer les arts mécaniques face aux arts libéraux.
- la 2éme entrée est l'Aventure Théâtrale : cette expérience amène Diderot à faire une théorie du Tableau et de la Scène comme disposition. On pourrait parler de scénographie.
Cette 2éme mutation est marquée au début 1763 par le 2éme livre des planches de l'Encyclopédie : ce livre présente des planches de Dessin et de ce fait diffuse un canon artistique français. Il définit aussi une méthode d'acquisition de la culture artistique. Cela va produire une attention nouvelle de Diderot pour le domaine de l'Art avec les salons de 1783, 1765, 1767.
- le 3éme élément déterminant sera la proposition de Grimm de rédiger des correspondances littéraires : les comptes rendus des Salons.
Le salon de 1767 présente cette 3éme mutation avec les commentaires littéraires sur l'art. Par exemple Diderot ne sépare plus la technique de l'idéal et il reconnait une autonomie artistique du faire.
Pour le développement de cette pensée et au cours de cette approche de l'Art, Diderot est imprégné des exigences de Roger De Piles. Le principe de Roger de Piles : c'est l'expérience du face à face avec l'oeuvre qui permet de penser l'activité de l'imagination. Les vrais tableaux pour Diderot étaient les tableaux imaginaires : le goût de l'art, la pensée de l'Art étant destinés à déterminer une physiologie de l'esprit.

 

-------------------------------------------------------------------------


Le XVIIIéme siècle, c'est Le siècle des Lumières, l'Encyclopédie , Diderot, d'Alembert. Mais Diderot c'est aussi : le goût de l'Art. C'est le titre d'un ouvrage remarquable, catalogue d'une exposition ayant eu Lieu à Lausanne en janvier 2014.
En 1759 Diderot, grâce à son ami Grimm doit rédiger les comptes rendus des expositions de l'Académie Royale de peinture et de sculpture. C'est un journal destiné à une clientèle internationale huppée pour inviter à la visite des salons d'art. Diderot fut critique et correspondant des rois en Europe : pour cela il était accompagné d'un ami, l'éditeur Naigeon ou de peintres comme Chardin ou Falconnet.
Diderot, après la visite des salons, rédige ses articles pour ses illustres abonnés afin qu' ils soient informés des Foires internationales de l'Art contemporain qui étaient très prestigieuses en Europe. Et Pour cela Diderot va beaucoup progresser en élargissant considérablement sa culture. Dans la correspondance littéraire les comptes rendus d'expositions sont les plus riches. Et ils sont attrayants par leur liberté, leur naturel de proximité.

Diverses expositions à propos de l'oeuvre de Diderot : En 1984 à Paris à l'Hôtel de la Monnaie il y eut une exposition : Diderot et l'Art, de Boucher à David. 150 oeuvres furent sélectionnées pour montrer la grande diversité des Salons commentés par le philosophe Diderot de 1759 à 1781. Il y eut un catalogue qui donna l'ampleur de la Connaissance de Diderot de l'art en France pour la 2nde moitié du XVIIIéme siècle.


Cette année 2013 fut le tricentenaire de Diderot, on a fait le point de tout ce que l'on sait de Diderot par rapport à l'Art. Plusieurs expositions ou musées ont ainsi permis de découvrir le grandes oeuvres peintes ou sculptées en Europe au siècle de Lumières. Il y eut les expos de Tours et de Toulouse en 2000. Il y eut des Etudes scientifiques. Des monographies : au Louvre, avec l'Antiquité Rêvée, une exposition marquante d'une grande richesse, qui m'a permis de beaucoup dessiner. Egalement Montpellier au Musée Fabre constitue un grand mouvement muséal en 2013 pour démontrer le phénomène des Salons de Diderot.

L'exposition de Montpellier présentait 3 séquences thématiques :
- Le pari de la Vérité : présente l'opposition entre Boucher et Greuze.
- Peindre et sculpter en poète : c'est l'évocation de l'UT PICTURA POESIS d'Horace dans l'oeuvre de Vien, Greuze, Deshayes, Doyen, David , Adam ou Falconnet.
- Le peintre magicien : il rassemble des oeuvres de Chardin, Vernet, Hubert Robert, Loutherbourg. Diderot met en valeur la technique et le savoir de l'artiste. La Sculpture est mise en valeur avec 18 oeuvres.
Le catalogue de l'exposition présente ces 3 tendances et d'autre part Diderot privilégie l'importance de la sculpture, et le rôle qu'il donne au dessin.
D'autre part pour éclairer ce travail de Diderot en Art, il y eut une exposition à Lausanne. A l'époque, la Suisse était une terre d'élection de la pensée philosophique au XVIIIéme siècle.

 

-------------------------------------------------------------------------


- Il est très intéressant de citer les artistes et les oeuvres qui ont inspiré les commentaires de Diderot dans les Ateliers qui étaient diffusés en Europe.

Exemples d'oeuvres commentées par Diderot :

Diderot regarde Corrège et commente Poussin. Il parle de la Madeleine de Corrège : elle est voluptueusement étendue dans sa caverne.
La Manne et Esther et Assuérus de Poussin sont accrochées à son mur. A partir de la Manne et du jugement de Salomon il va exposer sa théorie des masses et des groupes.
De Poussin encore Diderot mentionne la série des Sacrements.
Le Sueur et Poussin sont les références essentielles de Diderot. D'autre part il invite le lecteur à visiter des églises par exemple l'église St Gervais pour le Martyr de St Gervais et St Protais. Il évoque aussi de Le Sueur, St Paul prêchant à Athènes ou bien la prédication de St Paul à Ephèse
D'autre part Le Brun fait partie des 1ères références de Diderot : il évoque les batailles d'Alexandre, la Famille de Darius, Alexandre à Babylone, le passage du Granique Alexandre et Porus.
Puis en 1767 dans les salons il fait référence au Massacre des Innocents de Le Brun et aussi à celui de Rubens. Diderot évoque Sébastien Bourdon, le Martyre de Saint Pierre, et toute une tradition sérieuse et grandiose. Il montre Vien et une Résurrection de Lazare de Rembrandt.
Mais Rubens occupe une grande place dans son esprit avec le cycle de Marie de Médicis et avec l'Elévation de la Croix.
D'autre part Diderot fait référence à la peinture hollandaise et flamande. Il parle de Téniers. Et aussi il lui oppose Boucher : face à l'artifice rococo et les boutiques d'opérettes de Boucher Téniers apparait comme l'école de Vérité, qui est l'école des philosophes. Diderot se livre à une analyse de la composition des kermesses de Téniers qui ordonne une multitude de figures en une scène cohérente.
Enfin il parle du paysage, de Vernet et de Wouverman.

- Diderot au cours de ses déplacements visite les galeries de Düsseldorf et de Dresde à l'occasion du voyage à St Pétersbourg. Il y acquiert sa culture artistique de façon atypique : et par ce biais il il accède au monde des Images par l'Allégorie. Monde qui était chez les classiques l'instrument de communication du texte vers l'image. C'est par l'allégorie que Diderot parvient à la vision et à la représentation. Ainsi il jette les principes du dispositif scénique.


Même de façon simplifiée ou incomplète Il est utile de citer ces diverses oeuvres mises en lumière par Diderot., de montrer comment il est parvenu peu à peu à cette rare compréhension de l'Art, dans les commentaires des Ateliers.
La lecture des titres des oeuvres et très parlante : ainsi on se rend compte d'une grande liberté d'esprit d'une ouverture à l'art le plus sublime, le plus édifiant. Qu'il s'agisse de la réalité de Téniers, de scènes mythologiques, d'allégories ou de scènes d'art sacré et de la vie des saints.

Une liberté d'expression et une élévation à méditer.

Tel est le sens de cet article.

 

R.Dumoux
www.viapictura.com

"Diderot, les ateliers au XVIIIè siècle, Falconnet, Milon de Crotone" Dessin R. Dumoux 2015 ©viapictura.com

"Diderot, les ateliers au XVIIIè siècle, Falconnet, Milon de Crotone" Dessin R. Dumoux 2015 ©viapictura.com