Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans un article précédent j'ai parlé de mon travail de gravure et en particulier des gravures du Pictorama.
Il fut question des techniques de gravure, pointe sèche, burin, techniques d'attaque directe du métal.
Quelques artistes et oeuvres de 1ère importance sont à noter car ils sont emblématiques de ces aspects de la gravure.

Dürer (outre ses gravures sur bois) est un représentant majeur de la gravure au burin. Il est intéressant d'observer une oeuvre célèbre de Dürer : les 4 sorcières ( de 1497)


Parmi les gravures au burin de Dürer, d'avant 1500, celle-ci est caractéristique d'une observation fascinée du réel. Il reconstitue la réalité.
Dürer s'émancipe des raideurs stéréotypées et schématiques du Nord.
Il recourt cependant aussi  à l'emploi de canons et de citations érudites. Il fait des spéculations à partir de Vitruve et de son traité antique d'architecture en étudiant la question des proportions du corps,  sur la base de principes géométriques.
 Il s'inspire des vestiges antiques et de la statuaire héllénistique des 3 grâces par exemple pour les "4 sorcières". Les modèles peuvent aussi  être puisés dans les monnaies et camées.

Les burins de Dürer, c'est la recherche de l'originalité :
Dürer fait la synthèse entre la reconstitution du réel (par l'observation détaillée, analytique) et la volonté de recherche de la Beauté par l'utilisation des canons et des modèles antiques.

Le burin se prête particulièrement à l'analyse détaillée, par le jeu des tailles, contre-tailles, lignes de tirets, points, criblés et dégradés, qui constituent une géométrie très analytique du réel.
Le maniement du  burin obéit à des mouvements et à une géomètrie fascinante. La main du graveur tourne la plaque sur son support (coussin de cuir) pour obtenir chaque ligne ou courbe, alors que, poussée par l'autre main, la pointe du burin creuse, avec des modulations, le sillon dans le cuivre.

Les" 4 sorcières" sont peuplèes d'objets macabres, d'un globe et d'un démon, créant ainsi une atmosphère fantastique, maléfique et érotique. La magie du burin est magnifique dans ce travail de finesse.
Au sommet de la gravure dans une sphère il y a une inscription et la date 1497 :
O.G.H. Cette inscription peut signifier: Orcus Gehenna Hadès, l'enfer dans les 3 langues bibliques. Autres significations possibles: "Dieu nous garde" ou" Maison Publique".

Mais une autre interprétation de cette gravure est relative au jugement de Pâris:
- à droite, Vénus est de face - Minerve est de dos - Junon est de 3/4 à gauche.
- Le 4 ème personnage est très revêche: c'est la Discorde.
La sphère renvoie à la pomme du jugement de Pâris. C'est une oeuvre riche qui indique comment était perçue la femme; l'atmosphère macabre peut-être une condamnation de ces nus qui suggèrent des figures diaboliques.

Dans un prochain article,  il sera question de Rembrandt graveur qui a travaillé l'eau-forte (en liaison aussi avec le burin ou la pointe sèche) et qui a apporté une grande liberté par rapport à la technique du burin qui est plus austère.

R.Dumoux
www.viapictura.com

Tag(s) : #La gravure