Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'espace et la notion de sublime.

Dès l'antiquité nous avons vu comment dans le ciel, les anciens considéraient la planète Saturne comme la reine du ciel parmi les divinités.
Le Sublime est l'ensemble des motifs littéraires ou picturaux qui témoignent d'un ébranlement, d'un effroi ou du vertige.

 Par exemple, la peinture romantique est sublime par le fait qu'elle présente des spectacles grandioses, la nature en furie, les montagnes infranchissables ou les océans et cieux infinis.
(Le siècle des Lumières avait forgé une intégrité et une connaissance quantifiable.
Une forme de Romantisme, le Kunstchaos va introduire  le sublime.)

Précédemment, la fascination de l'univers a permis des découvertes et des systèmes de pensée. Copernic avec les néo-platoniciens, est attaché aux formes parfaites du cercle et de la sphère. Il accorde intérêt aux orbes circulaires et aux mouvements réguliers: son esthétique est basée sur le rythme mathématique.
Tycho Brahé , mathématicien, dès 1572 met en cause l'immuabilité des cieux (il parle de l'extinction des planètes)
Il faut aussi mentionner, Képler, qui est le fondateur de l'astronomie moderne.  Képler est aussi astrologue: il étudie l'effet des configurations célestes sur l'âme humaine.
(Un sculpteur actuel Skoda, en 1995, à Prague, a rendu un hommage à Képler, par ses dessins, gravures, points, étoiles, volumes sculptés, pouvant évoquer les figures de la Balance ou du Capricorne.)

Newton dont la pensée est déterminante par rapport au cosmos et à l'attraction universelle demeure l'incarnation de la science classique. Goethe ou Blake lui sont profondément opposés.
Pour Blake il n'est qu'un positiviste qui réduit le monde à son apparence finie.
Blake représente Newton au fond du matérialisme, armé d'un compas.
Egalement contre Newton, Goethe avec son" Traité des couleurs "propose une théorie  symboliste  de la couleur, contrairement à la lumière analysée rationnellement.

En 1764, Kant fait l'inventaire des sujets sublimes: la Nuit, la Durée, la Nature et son Infini.

En art moderne ou contemporain,Il faut noter les appropriations de documents  scientifiques de Thomas Ruff ou de Malin (avec ses galaxies et nébuleuses). Les images du sublime moderne se caractérisent par un  anti-scientisme romantique.

Celmins, Paterson, Ewen, Jacques Monory, dessinent ou peignent d'aprés des photos scientifiques du cosmos.


Sont à remarquer en particulier les extraordinaires peintures de Vija Celmins qui ont été présentées à Paris.
D'autres artistes ironisent et sont sceptiques: ainsi Kabakof avec son installation "l'homme qui s'est envolé dans l'espace" qui a été présentée au centre Pompidou.

Par ces divers exemples on comprend que l'espace inter sidéral est au coeur du sublime dans la poésie et dans l'art depuis les temps anciens jusqu'à maintenant. Nous  sommes pris de vertige, d'effroi devant la vision de l'univers, cette enveloppe que déjà Pythagore nomme Cosmos lorsqu'il évoque la "musique des sphères".
 Le cosmos nous inquiète aussi lorsqu'on imagine les correspondances entre le macrocosme et le microcosme.

Pour conclure, une citation de Léonard de Vinci est très éclairante:
" L'homme appelé Microcosme par les Anciens est constitué comme le corps de la terre, de terre, d'eau,d'air et de feu. L'homme a des os, supports de la chair. Le  Monde a les rochers comme support de la Terre. L'homme porte le lac du Sang, où le poumon se gonfle dans la respiration; le corps de la terre a son Océan qui croit et décroit toutes les 6 heures selon une respiration cosmique."

R.Dumoux
www.viapictura.com

Tag(s) : #Art et Espace