Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1911-1918 : c'est la période métaphysique de Chirico.
En 1917, Breton découvre les toiles métaphysiques.
Tanguy, Ernst, Magritte, Eluard et Desnos sont fascinés par le personnage de Chirico qui représente l'impensable en créant une véritable rupture esthétique.

Mais dès 1919 de Chirico malgré tous les soutiens et toute l'admiration qu'il recueille, fait une volte-face : il prône le retour à la tradition. Il réfute tout lien avec l'art moderne et il étudie les maîtres et leurs techniques, leur métier en particulier à la Renaissance.
Néoclassicisme, néo-romantisme, néo-baroque, éclectisme réactionnaire. Tels sont les qualificatifs qui sont appliqués à de Chirico.


Les reproches faits au de Chirico post -métaphysique sont souvent simplistes.
Les surréalistes l'ont honni pour avoir oublié ses visions oniriques et l'innocence de sa jeunesse pour se lancer dans un carriérisme éhonté. Chirico serait passé par tous les styles pour satisfaire la demande.
On lui reproche aussi son manque d'authenticité dans ses copies de peintres classiques ou de lui même.
Sa volte-face de 1919 : c'est à ce moment qu'il sort de sa dépression et de l'influence mélancolique de Nietzsche.
Chirico ne change pas : il pourfend l'art moderne. A la fin des années 70 son travail est réévalué sous l'angle du post-modernisme.
Il devient alors un apropriationiste avant la lettre. Les nouveaux artistes le reconnaissent comme un précurseur. Maintenant on le sanctifie.
Son oeuvre est la négation de l'originalité et de l'unicité.

_________________________________________________________________
 

 

 


De Chirico - Roger et Angélique, 1940


Le peintre américain Philipp Guston fut un défenseur farouche des tableaux de Chirico. Et en particulier les tardifs, ceux qui ont été peints après 1919 pendant 60 ans. Ces périodes étaient condamnées par les surréalistes qui n'admiraient que la  poésie des oeuvres de 1908 à 1917
pour Guston au contraire les tableaux étranges, puissants, parfois banals ou ridicules des années 60 et 70 trahissent une absolue liberté, un courage  et un risque sans précédent dans l'histoire de la peinture moderne.
Guston rejette la coupure entre les deux périodes et il considère cette oeuvre comme un continuum en perpétuelle évolution.
Il est un fervent défenseur de toutes les facettes de l'oeuvre, y compris la période baroque très rejetée par la critique.

_________________________________________________________________


Quelques exemples d'oeuvres de ces périodes :
Scènes de bataille. Cartes postales de Venise. Autoportraits virtuoses. Mannequins assis.
Les bains mystérieux. Tableaux de chevaux d'après Delacroix. Copies de Titien et de Rubens ou Raphaël.
Copie de la Sainte Famille de Michel Ange.


 

De Chirico sous l'identité de Pictor Optimus signifie un retour aux formules des anciens maîtres : les huiles, et le vernis.
Il admire Rubens et Rembrandt.

Très tôt il avait adopté, et sans réserve, l'antipositivisme poétique de Nietszche et le sens de l'absurde a traversé son oeuvre.

R.Dumoux
www.viapictura.com

 

 

Tag(s) : #La peinture