Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Divers  exemples illustrent les rapports étroits entre le monde de la photo et celui des arts plastiques.

 Nous avons vu que Mumler photographe spirite américain était un pionnier. En Europe, la photo spirite se développe à partir de 1870. On parle d'esprits venant déposer leur empreinte photographique sur du papier.
A Londres Frédérik Hudson est le photographe du merveilleux. Il montre l'unité du monde des esprits et de celui des vivants. A la différence des spectres de Mumler, les silhouettes de Hudson ont une apparence et une densité naturelle comme une sculpture.

Autre exemple remarquable de rapport entre le monde de l'art et la photo occulte : Conan Doyle. L'auteur de Sherlock Holmes consacra la 2ème partie de sa vie au spiritisme et il s'initie à la télépathie et à l'écriture automatique. Il pense que l'inconnu et le merveilleux se laissent entrevoir autour de nous, sous des formes flottantes et imprécises.
En Angleterre, en parallèle avec la Peinture des Fées, il voudra prouver au monde l'existence des fées. Et cela en 1917 avec des photos créées par deux jeunes filles qui affirment jouer avec des fées.

Pour chacun de ces exemples un rapprochement peut être établi sur le fond avec la pratique picturale.

Il faut parler aussi de la scotographie qui est la photo d'esprits réalisée sans appareil et sans lumière. Madge Donohoe produit ainsi 4500 photos en plaçant la plaque contre son visage et donne des images de personnes défuntes, d'esprits ou d'épisodes de la vie d'un pharaon.

Il est à remarquer que toutes ces pratiques furent parfois critiquées et condamnées pour fraude (tel le photographe Buguet à Paris qui trichait en proposant des surimpressions de photos).
Néanmoins la plupart des photographes étaient sincères et produisaient des oeuvres authentiques.

Une invention vint donner du crédit et légitimer la photo occulte : la découverte des rayons X par Rontgen. En effet vers 1870, ce médecin allemand élabore sa théorie du magnétisme animal. Le corps humain est régi par un fluide universel comparable au champ magnétique des aimants. Rontgen va démontrer par la photo les rayonnements invisibles.

Il va étudier le rayonnement du courant électrique dans un tube de verre sous vide : cette radiation, c'est le rayon X.
Et le 22/12/1895, à l'aide de ces rayons il réalise la 1 ère image de l'ossature humaine photographiée à travers son enveloppe charnelle (la main de sa femme).
Les rayons x donnent à la médecine un instrument de travail pour voir au travers de corps sans les ouvrir. C'est une sorte de clairvoyance.

On peut conclure cet article en parlant, dans ce monde de l'occulte, d'une véritable création plastique qui consiste à produire des ectoplasmes et de véritables objets "sculptés".
Les ectoplasmes sont des phénomènes de matérialisation.
Un exemple : Eva C. : dans un état de transe avec cris, douleurs et convulsion, elle extériorisait par la bouche ou le nombril, une substance ectoplasmique, une matière froide visqueuse et reptilienne. Cette substance prenait des formes figuratives d'abord en aplats puis en volume. Et cela devenait comme un organisme vivant réel. On imagine telle oeuvre suréaliste de Dali.

La peinture est "cosa mentale". Certaines pratiques ont été des photographies de la pensée.
Je veux parler des Psychographies de Ted Serios ( 1964-1967) qui illustrent le pouvoir du mental sur la matière.
Serios avait découvert qu'il pouvait projeter mentalement des images sur la pellicule puis sur un film polaroïd. Il fait des démonstrations à Chicago. Il créé des milliers d'images. Parfois ce sont de bâtiments.
 Un exemple: on lui montre la photo d'un château mais il est passionné par une émission de télé montrant une navette spatiale près de Mars. La photo qu'il va imprimer avec son esprit montre une forme de bouteille évoquant la tour du château et en même temps la silhouette du vaisseau spatial.

D'autres matérialisations prennent l'aspect de sculptures :
Tels  sont les moulages de membres humains de Franck Kluski.( vers 1920)
Ils  sont obtenus de cette façon : Kluski est assis devant un baquet contenant de la paraffine flottant sur de l'eau chaude. De par la lumière ambiante, apparaissent des lueurs en forme de mains, pieds ou visages. L'entité va se matérialiser en plongeant la main ou le pied dans la paraffine. Cette main va entrer et sortir du récipient et créer une sorte de gant de paraffine dans lequel sera coulé du plâtre.
La façon dont se sont formés ces moules reste inexpliquable, de toute façon difficile à définir.
Le résultat est que nous  sommes en présence  de véritables détails sculptés, comme des éléments de sculpture évoquant les fragments sculptés de Rodin.

Tous ces documents occultes sont déroutants mais ils  sont très expressifs et chargés de sensibilité, à l'écart du constat anecdotique, réaliste et plat du quotidien étalé en grandes surfaces.
 Pour cette raison, ils entretiennent le rapport le plus étroit avec les profondeurs de l'art, de Léonard de vinci à Dali ou Ernst par exemple. D'où leur intérêt majeur.

R.Dumoux
www.viapictura.com

Tag(s) : #Peinture et photo