Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'invention du handicap et l'eugénisme.

Le corps monstrueux tel que nous l'avons décrit disparait peu à peu de l'univers des distractions et il sera maintenant considéré dans un souci médical et pour le rééduquer.
Le corps infirme devient un sujet de préoccupation médicale.

 - Cette préoccupation pour le corps infirme était apparu dès le 18éme siècle : la médecine des Lumières prend en charge les sourds et les aveugles et aussi les infirmités physiques.
 - Plus tard on va multiplier les techniques orthopédiques et favoriser la réinsertion dans l'activité à partir de 1900, 1905.
- Mais c'est surtout après la guerre 14-18 que la reconnaissance de l'infirmité sera la plus ressentie avec le retour des mutilés dans la vie civile. Défiguration et vulnérabilité des corps sont au coeur de la perception et la masse des mutilés de guerre se joint aux accidentés du travail.

Se fait jour alors un discours d'assistance et les idées de responsabilité et de solidarité s'imposent.

Le 19ème siècle avait séparé le monstre de l'infirme.
Le 20ème siècle va parler de mutilé  et ce sera le concept du handicap qui va s'étendre à tous les nécessiteux : la difformité est une déficience à compenser qui peut toucher chacun de nous.

Ainsi, la Science a rétabli le monstre dans ses droits à l'humanité, avec le  sentiment de compassion et l'aide d'une médecine réparatrice.
C'est l'histoire de l'humanisation des monstres.

- Mais toute cette compassion aura des limites et son revers. Les monstres et les difformités font peur : on a peur de la dégénérescence et on pense que la race est en danger.

Dès 1883, le terme d'eugénisme apparaît sur ce fond de peur de dégénérer.
En France en 1870, au moment de l'effondrement national, les dégénérés s'étaient multipliés avec de nombreuses tares et la syphilis, la tuberculose ou l'alcoolisme.

 Apparaît la théorie de l'anglais Francis Galton qui est le fondateur de l'eugénisme : il voudra contrôler les facteurs qui peuvent élever les qualités raciales des générations.
L'eugénisme se résume par une formule brutale : se débarrasser des indésirables et multiplier les désirables.
On va regretter d'avoir accordé trop d'assistance médicale aux débiles et aux infirmes, on stigmatise la compassion.
Richet défend l'idée de la loi du plus fort et le docteur Alexis Carrel (1873-1944) affirme que la multiplication d'individus inférieurs a été nuisible à la race.

L'origine de l'eugénisme remonte à Mathus qui voulait limiter les naissances par l'abstinence en raison de la pénurie des ressources.
De 1900 à 1940, on stérilise des individus disgéniques en Amérique, en Suisse, au Canada ou au Danemark.
Dans les années 30 en Allemagne, on effectue des stérilisations sur des individus dont la descendance pourrait être défectueuse et dès 1934, 50.000 stérilisations sont appliquées sur des criminels, des fous ou infirmes.

Un exemple caractéristique : en 1868, en Transylvanie, naît un nain qui aura 10 enfants dont 7 nains : les Ovitz, qui sont la plus importante famille de nains jamais répertoriée. Les enfants Ovitz sont musiciens et forment un orchestre réputé.
En 1940, ils  sont envoyés à Auschwitz et le Dr Mengele, obsédé par la race et les difformités, se passionne pour leur cas. Auschwitz était le plus grand "laboratoire" de génétique au monde et on y sélectionne les jumeaux et les nains pour réaliser des expérimentations absurdes d'une indiscible souffrance. Mais à cause de l'accumulation de leurs anomalies les Ovitz furent sauvés, car ils étaient irremplaçables. Plus tard ils vont reprendre leurs concerts.

L'exhibition des monstres a donc disparu et on va envisager médicalement et socialement les difformités humaines et les infirmités, alors que régulièrement des courants de pensée s'opposeront au soutien systématique du handicap pour vanter la sélection naturelle.

Cependant, maintenant, la notion de soutien à la difformité et au handicap s'imposera jusqu'à nous, de plus en plus fortement grâce au  développement des techniques de prothèse. Les nouvelles technologies et les biotechnologies sont de plus en plus présentes et diversifiées jusqu'aux techniques d'implants.

Nous avons eu l'occasion d'évoquer ces démarches scientifiques appliquées à l'homme dans le commentaire d'une toile de 5 mètres x 3 mètres du Pictorama et intitulée "The visible Human" Cette toile monumentale évoque les progrès de la science des prothèses, implants ou greffes jusqu'au croisement de l'humain avec le robot, et à la création d'un va et vient entre l'un et l'autre.

-> voir également les articles suivants :
"les sources de visible human"
"la nouvelle leçon d'anatomie - toile de 5mètres x 3mètres"

R.Dumoux
www.viapictura.com

Tag(s) : #Répertoire iconographique