Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nouveaux aspects du monstre
Simulacres et monstres optiques

Après la disparition du spectacle du corps anormal, le monstre va maintenant prospérer sous d'autres formes et ceci jusqu'à nous.

Dès l'invention du cinéma, les monstres réels délaissent les baraques foraines et les entre-sorts pour envahir les écrans.
La curiosité rebutée par l'exhibition tératologique cède à l'attraction d'illusions d'optiques très variées. Ce n'est plus la perception directe et brutale. Les corps sont convertis en signes par le biais de fantômes de lumière ou de spectres lumineux. Ce sont des conventions visuelles, des simulacres qui remplacent les exhibitions réalistes et offensantes.

Maintenant on ne veut plus voir les exécutions capitales , cependant on découvrira dans les foires des femmes sans têtes, des illusions, des décapités parlant. La morgue va fermer ses portes, cependant  dans les illusions on va s'acharner sur le corps féminin en le sciant ou en le perçant.

Le cinéma va prolonger l'art forain de l'illusion.

- Méliès
vient de la foire avec ses effets spéciaux et ses expériences diverses.

- Puis il y aura le film d'épouvante dérivé de la  théâtralité sanglante du Grand-guignol.

- Avec le Cabinet du Dr Caligaridès 1919 puis Nosferatu de Murnau en 1922, puis Frankenstein, Dracula , Dr Jekyll etc on installe des monstres officiellement sur le devant de la scène.

- Tod Browning va créer des films d'horreur et en particulier Freaks.
A partir de l'histoire d'un nain et d'une belle écuyère, c'est un véritable casting de monstres humains et de spécimens tératologiques. Ce tournage est parfois tellement monstrueux que des acteurs refusent les rôles.
Freaks est un monde d'un extrême réalisme tératologique, proche du voyeurisme.
L'écran est saturé de monstres, mais il y a aussi de la compassion et on sent bien que les monstres sont humains et souffrent.(Un peu comme dans Elephant Man de David Lynch)
Freaks fut un désastre financier et marqua la fin de la carrière de Tod Browning.
Ce film, galerie des horreurs humaines, était condamné par la critique à cause de l'interdiction du spectacle de la difformité..

Maintenant on va rechercher une plus grande standardisation des productions, des produits plus lisses. Alors que Freaks créaient un malaise, on veut tranquilliser et émouvoir les foules.
L'échec de Freaks fait écho à la fermeture des entre-sorts et clôt la période de l'exhibition de la difformité ouverte bien avant avec Barnum et son Américan Muséum.

Mais à partir de 1933, c'est un succès éclatant avec un autre monstre, avec le corps simulacre, le gorille brutal, King Kong. Ce ne sont plus de véritables monstres humains mais des artefacts monstrueux, des automates et des illusions.
Les effets spéciaux vont débiter une foule de difformités et, à la suite de King Kong, ce sera un catalogue des catastrophes du 20ème, les guerres, les épidémies et folies scientifiques. A nouveau, on créé Frankenstein, le Dr Jekill et aussi l'île du Dr Moreau, témoignant des inquiétudes face à la toute puissance médicale.

Godzilla va surgir de la peur des radiations atomiques. Puis ce seront les envahisseurs martiens.
La contamination du sang au cours des années 80 réanime les vampires.
Puis ce sont les dinosaures carnassiers des années 90 face aux manipulations génétiques de la vie. 

Les monstres ont disparu mais le monstrueux prolifère artistiquement.
Dans tous les cas ce sont des monstruosités virtuelles : elles émeuvent mais  elles n'inquiètent que pour mieux rassurer grâce à leur plasticité nouvelle.
King Kong est un corps de gorille avec une tête d'homme et il va faire pleurer. il finit en peluche sentimentale. 
Il y a une édulcoration du monstre et Disney va produire Blanche Neige et les 7 Nains: il fait passer l'équivoque monstrueuse dans le dessin d'animation.
C'est le commerce du monstrueux aseptisé avec des produits dérivés, parcs d'attraction, éditions, chocolats, lingeries et le triomphe du commercial.

Et en parallèle au cours des années 60-70 il y a une mutation du regard sur la réalité de la difformité physique et des déficiences corporelles avec des mouvements puissants en faveur des handicapés. On assiste à une multiplication des dispositions en faveur des handicapés  et un élargissement des moyens alloués à la réintégration. Il y aura de vastes ensembles de loi pour cela dans les années 90 pour intensifier les mesures de soutien aux handicapés..
   
La représentation publique des monstres a définitivement disparu mais leurs simulacres se sont multipliés sur l'écran, alors que parallèlement, la réalité du monde de la difformité humaine a progressivement fait l'objet de compassion et de soutien  pour reconnaître la valeur de tout homme .

Un prochain article, en conclusion, sera mis en ligne par rapport à la question de la difformité dans la vie actuelle compte tenu des nouvelles technologies et  l'esthétique.

R.Dumoux
www.viapictura.com

Tag(s) : #Répertoire iconographique