Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les lignes et leur signification. (et dans l'oeuvre de Markus Raetz) Art.2

    - Les lignes ondoyantes et serpentines: elles fascinent Raetz : ce sont des étreintes , des vagues, des corps sensuels, des serpents ou des boucles de cheveux.

                   Diderot parle de la ligne serpentante :
      - La statue équestre plaît plus que la statue pédestre, la ligne brisée plus que la droite, la ligne circulaire plus que la brisée, l'ovale plus que la circulaire, la serpentante plus que l'ovale.

      - La ligne ondoyante symbolise le mouvement, la vie.
      - La ligne droite est le symbole de l'inertie.
Diderot tient compte de la pensée d' Hogarth" dans son "analyse de la Beauté"

  - Hogarth, contre la droite, contre la symétrie, contre les jardins français, chante l'hymne de de la ligne serpentine. Il dit qu'il n'y a pas de divinité égyptienne, grecque ou romaine sans qu'il y ait un serpent enroulé, une corne d'abondance ou autre symbole sinueux .
Allées sinueuses, ruban autour d'une canne, linéament d'un os, boucle de cheveux, formes de flammes, de vagues conduisent l'oeil dans une poursuite enjouée.

- Raphael refuse la manière droite et raide et s'entiche de la ligne serpentine à la vue de Michel Ange et des draperies antiques.

- L'analyse de la beauté d'Hogarth a en épigraphe 2 vers de Milton:
"Ainsi Satan variait ses mouvements et sa queue tortueuse. Enroulant ses capricieux anneaux à la vue d'EVE."

                L'artiste actuel Markus Raetz multiplie spirales et tourbillons. Il suggère tourbillons, remous, mouvements de la mer et des vents. En cela il est proche de Léonard dans ses carnets lorsqu'il parle des tourbillons.

                                               ----------------------------------------------------------

       Plusieurs aspects des oeuvres, dessins ou sculptures, de cet artiste sont dans le prolongement de ces réflexions. Citons pour conclure quelques exemples.

- 1979. Raetz construit Mimi, ensemble d'éléments de bois de section carrée, de 50 cm à 200 cm. L'ensemble forme une sculpture fruste. La forme suggérée par l'assemblage est une figure soit couchée, soit assise. C'est une sorte de marionnette brute ou poupée équarrie. ( le nom de Mimi désigne des esprits de certains aborigènes d'Australie.)
- Dans labyrinthe d'Eros, Raetz créé des labyrinthes, des dédales et des méandres. Il évoque un hémisphère dans une chevelure. En 1980, il dessine des entrelacs de lignes qui sont comme des figures enlacées.

- Dans la suite du travail des lignes, Markus Raetz utilise les  ponctuations. Il dessine des parenthèses, virgules, lignes de points,tirets, signes d'addition, de soustraction, de division ou multiplication ainsi que des arobases, des esperluettes, signes de l'infini et aussi les flèches.
Toutes ces figures sont à le base de ses dessins et sculptures.

     De plus Raetz joue avec les lettres et les mots pour ses dessins et ses sculptures.

                             Par exemple, le Z de zénith renversé devient Nadir.
                              Le Y symbolise la langue bifide du serpent ou bien 2 doigts écartés ou bien la lettre érotique du y.
                              Le Y est aussi la fronde de David. Mais aussi l'aiguillage, le carrefour, le diapason ou la fourche à 2 dents.
                              Le M c'est l'homme et renversé ,W, il figure la femme.

Raetz joue avec les anagrammes, les homophonies, les échos et les contrepèteries.
                                              Night- Light...Ligne-Linge...

Il relève tous les mots qui en argot désignent la tête:
                                                 caboche, caisson, citrouille, poire, potiron, citron, trognon...
Il relève l'expression des mains..   les mains travaillent, écrivent, caressent, fouillent, une main caresse un coeur, recherchent la pensée dans un cerveau.

    Enfin pour conclure sur le travail de Markus Raetz, il faut citer, à l'opposé, l'emploi des taches.
Il grave ainsi des paysages de l'ici et de l'ailleurs.. des collines, un fond de vallée, des montagnes , une grande plaine. Il en propose des archétypes. Pour cela il choisit le moyen du hasard contrôlé qui a passionné Hugo et il se réfère aussi au traité de l'anglais Cozens.
Raetz s'inspire aussi de carnets de Léonard fasciné par les murs.

"Si tu regardes des murs barbouillés de taches et si tu veux imaginer quelque chose, tu y verras des paysages variés, des montagnes, des fleuves, rochers arbres et collines ou montagnes."
Il retouche les taches, les formes accidentelles et il les reprend.


Tout l'oeuvre de Raetz est intéressant à évoquer, car il est suggestif d'une richesse de pensée et d'imagination et ainsi il est précieux pour tout ceux qui  cultivent l'art du dessin ou le proposent à des disciples.


R. Dumoux
www.viapictura.com

Tag(s) : #Le dessin