Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 Il y a  dans l'art actuel une permanence de l'intérêt pour la vanité, quoique caractérisée par une grande diversité des expressions.
                                                                ______________________

          - Depuis les 15ème et 16ème siècles, les Vanités sont un genre pictural à part entière de la culture baroque en Europe.
          - A la suite des danses macabres et de l'ars moriendi du moyen age la mort va se loger au revers de portrait sous la forme de crânes ou de bougies.
         - Au 20ème siècle, dans certaines toiles de Cézanne de Van Gogh ou de Picasso ou dans les crânes de Tapies, la mort impose sa présence.

          - Dans l'art actuel, on ne se limite pas au crâne mais on se tourne plutôt vers tout ce qui est éphémère et le spectateur est interpellé de façons diverses.
Si les vanités classiques se rapportant au temps et à la mort persistent, le contexte est cependant nouveau et maintenant le spectateur est interpellé de très diverses manières.

          Le crâne  conserve une présence forte mais on montrera aussi le processus de vieillissement, le processus de la mort en cours..
On va montrer par exemple le vieillissement que subit la peau humaine. On présente un effet de dégradation qui fascine et répugne.

                 - Ce sont les photos du visage de Roman Opalka qui vieillit ou les photos de fruits entrain de moisir de Sam Taylor Wood (très belles photos dont certaines font penser à Chardin) ou bien encore la robe de viandes de Jana Sterback.
Ces vanités montrent l'écoulement du temps. On évoque l'éphémère, la fragilité des choses.

 Ce qui diffère c'est l'intention : au 17ème siècle, la vanité était moralisante alors que maintenant, elle peut prendre une position critique par rapport à note style de vie ou aux conditions économiques du moment. L'éventail des références est élargi.

               - La Vanité peut devenir une figure de dérision de la société de consommation : elle confronte l'homme actuel à ses leurres.

                - Maintenant les vanités s'expriment selon des modes très hétérogènes mais c'est le même paradoxe qui s'impose. Saisir le temps et la mort, cela peut se faire à travers une trace, une forme éphémère.

Les vanités contemporaines diffèrent des vanités classiques par la variété des traitements utilisés et par les matériaux très hétérogènes.
Le spectateur n'est pas mis à contribution de la même manière : il n'y a pas que les conventions  symboliques et moralisantes mais c'est la mise en scène de la dégradation qui peut spécifier l'humain.

                                               ------------------------------------------------------------
                    

Quelques exemples de vanités contemporaines.

Dans l'art actuel on ne se limite pas (bien qu'il y ait de nombreux exemples à commencer par Warhol) à la représentation d'un crâne ou du temps qui passe.

 Il ya le domaine de l'éphémère et des vanités secondes.

   - Par exemple, Duchamp dans "sculpture morte" créé une tête faite de légumes, fruits, insectes, qui est une sorte de remake d'Arcimboldo. Le ready-made devient une sorte de vanité,  la vanité seconde du 20ème siècle.
  - Cette démarche anesthétique neutre se retrouve chez Warhol ou Richter.

                          - Warhol outre ses Crânes, a collectionné toutes sortes de documents (souvenirs, films, cassettes, affiches, invitations etc) dans des boîtes (610 boîtes), les "time capsule"

                         - Roman Opalka, dans son travail inscrit le passage du temps, sa propre évolution dans son travail de numération sur toile depuis 1975. De plus à chaque tableau, correspond une photo de son visage prise sous le même angle  et montrant les stigmates du temps.
                        - Opalka peint en blanc sur des toiles de 2 mètres, les nombres allant de 1 à l'infini.
Cette progression est matérialisée par le fait que les fonds passent du noir au gris de plus en plus clair. (il ajoute à chaque toile 1 % de blanc)
Le but est d'arriver au blanc sur blanc qui sera l'évanouissement de l'existence. ainsi il prévoit que sa destinée doit s'arrêter entre 7. 777. 777 et 8. 888. 888.
Ces suites de nombres donnent trace à la durée et même à la mort.
Selon Opalka, "La mort est une dimension de la vie. L'être est défini par la mort qui lui manque."

             - Les vanités contemporaines sont parfois très proches des vanités classiques.
Telle est l'oeuvre du belge Koen Theys. Il réalise des photos et installations  de plusieurs mètres: c'est une accumulation d'objets emblématiques: crâne, réveil, livres, bougies, ordinateur. c'est une accumulation excessive d'objets et en grande dimension où le regard se perd.

             - Certaines vanités actuelles sont fabriquées selon l'imaginaire de l'artiste, tel le moulage d'un casque en bèton de Moulène ou bien encore, l'australien Swallow fabrique à sa manière un crâne, nouvel objet de vanité. 

             - Dans certaines vanités contemporaines il y a aussi un aspect symbolique rappelant parfois les intentions religieuses du 17ème siècle.
Les installations de denrées périssables ou de squelettes désignent le temps et la mort .

                        D'une part, il y a les vanités littérales qui ne montrent que la disparition.
                        D'autre part, il y a des installations qui font du temps et de la mort le moteur de cycles qui se renouvellent: dans ce cas, la mort a une autre fonction : elle est le passage obligé avant la régénération.
                          Ce qui rejoint l'intention religieuse des vanités de la Contre-Réforme.
La pourriture des aliments comestibles de Michel Blazy ouvre sur une métamorphose.

                         Dans ces quelques exemples on remarque une diversification des thèmes de la vanité et une ouverture aux questions sociales, par exemple. Cependant des dominantes semblent perdurer par delà les siècles et en particulier les aspects moralisateurs ou philosophiques.

R.Dumoux
www.viapictura.com

Tag(s) : #Répertoire iconographique