Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Parmi les réalisations de cette saison (une quinzaine de toiles de 2 m 50 x 1 m 50)
l'une d'elle sera analysée dans cette article : il s'agit d'une toile horizontale de 2 m x 3,20 mètres sur le thème de la table et du repas.
(Précédemment, d'autres séries ont été constituées sur le thème du lit ou encore du bateau, de la barque  etc etc. )

 


Toile en cours de réalisation - R. Dumoux - 08-2007


                   A propos de la table et du repas se trouvent dans mes collections des compositions évoquant le repas à Emmaüs ou les noces de Canna mais aussi des compositions sur les repas des dieux, les noces, les bacchanales et autres spectacles païens.
 

----------------------------------

 

Cette année 2007, une nouvelle toile vient s'ajouter à ces ensembles :  il s'agit d'une scène de genre et en particulier de cabaret (et d'ivrognerie). Parfois inspiré de modèles communs dans la peinture hollandaise( Terborch, David Tenniers peintre flamand du 17ème etc) cette composition met en scène autour d'une table divers personnages :


- Au centre un personnage boit directement à une cruche entouré de sa compagne et d'un musicien.
Derrière eux au mur des cruches et plats sur une étagère.


 

- Devant eux la table est dressée avec du pain, des fruits, deux poissons.

- Cette table à gauche se termine sur une figure assise qui semble être le maître des lieux et qui fait signe au personnage qui est debout à droite. 

- Toujours à gauche sur un fond de tonneaux  des convives sont occupés à tirer du vin.

- Mais au 1er plan devant la table tout semble désordonné: deux personnages sont mal en point et renversent le contenu de leur panier, alors qu'un banc à la renverse laisse penser que quelqu'un s'est effondré. Les expressions deviennent lubriques.

 

Ce tableau est une sorte d'antithèse de la cène. Outre la composition, plusieurs éléments suggèrent directement la sainte table : les deux poissons , le pain et au centre, le calice peint à l'or.
 

-------------------------------------
 

Le traitement de la couleur dans cette toile est a tempéra.

                      Le support est d'abord préparé à la colle de peau et au blanc d'espagne. Plusieurs couches sont nécessaires.
                      Un dessin sommaire, mise en place grossière est faite à la craie rouge évoquant d'ailleurs les sinopie des fresques médiévales. Ce tracé est précisé au fusain ou à la mine de plomb.
                       Suit l'ébauche colorée à l'aide d'un jus maigre au blanc d'oeuf très dilué.

 

 

C'est alors l'exécution proprement dite a tempéra à l'oeuf : le liant est composé du jaune et du blanc d'oeuf; une partie d'huile de lin ou de noix peut être ajoutée.

                       Il s'agit là exactement, de la démarche et des procédés utilisés certains anciens maîtres.

                     (Il arrive que relatant l'oeuvre de peintres actuels parfois illustres, on parle du métier des maîtres, mais souvent il y a une déception car on constate des effets de matière, de relief ou d'empâtement (aspect frelaté) ce qui ne se rencontre jamais dans les oeuvres du quattrocento, de Mantegna par exemple. Le plus souvent on ne ressent pas les encollages et prépartions à la colle qui sont l'âme de la peinture.
                     On ne retrouve pas cette transparence, cette légèreté dues à l'économie  de la matière. On ne parle jamais  de la préparation et des encollages, souvent mis à l'écart  car ils sont le labeur long et difficile du métier.)



                      C'est cependant ce métier qui apparaît mot à mot dans mes toiles et panneaux présentés sur le site www.viapictura.com.

                      Ce métier est complexe, difficile à comprendre, à aborder, mais aussi très simple et naturel, car il se déroule dans l'ordre naturel des éléments.

 

-------------------------------------------------
 

 Il est possible maintenant de citer un ouvrage sur la couleur dans l'art où il est question de la couleur dans les toiles et panneaux au 15 éme siècle.
Il s'agit du Mazenot :'la couleur dans l'art" dont voici quelques extraits.


        "La peinture sur panneau ou toile était en faveur au 14ème et au 15ème siècle.
           Cennini la considère avec grand intérêt et dit qu'il faut bien la maîtriser avant d'aborder la peinture murale.
          Il recommande un apprentissage de 12 ans pour l'aspirant peintre afin d'apprendre à   dessiner, à broyer les couleurs, à préparer les liants et les colles. Comment préparer les panneaux avec une toile fine  et apprendre à les recouvrir d'un véritable gesso, mélange de plâtre, de chaux et de gypse, avec de la colle, de la gélatine . C'est cette préparation qui conférait aux couleurs leur luminosité."


                        Toujours dans la couleur dans l'art de Mazenot, il est question au 15ème siècle des peintures sur toiles auxquelles s'apparente ma pratique picturale actuelle pour les toiles de 5 m x 3 m  par exemple. (l'ensemble monumental peint)
                       Les peintures sur toiles au 15ème en Italie ou au Nord étaient fréquemment utilisées pour les décors intérieurs. Ce procédé était très utilisé pour les bannières de procession.
  De grandes compositions d'histoire peintes sur toiles étaient fréqentes en Flandres dans les demeures particulières à la place de tapisseries.

       Van der Weyden en a réalisé à Bruges. De même Hugo van der Goes.
       D'autres exemples célèbres de toiles peintes: Pallas et le centaure, la Naissance de Vénus de Botticelli et les triomphes de César de Mantegna qui sont un ensemble de 9 grandes toiles.

        Tels sont, pour l'ensemble de mon travail, les points de repère incontournables pour une véritable pratique picturale qui ne se limite pas à des imitations ou à des apparences  soutenues par un discours théorique.

 


 

R.Dumoux
www.viapictura.com

 

 

Tag(s) : #Travail en cours