Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

John Martin : The Deluge (1834), Yale Art Museum New Haven

John Martin : The Deluge (1834), Yale Art Museum New Haven

Les illustrations du Déluge au cours de l'histoire.


Les genèses illustrées offrent des représentations liées aux causes du Déluge.
On montre par exemple des hommes et des femmes enlacés et ils engendrent un géant aux mains immenses.

            - Couples et géants apparaissent dès le 11éme siècle. L'homme au Mazocchio d'Uccello semble être un de ces colosses bâtards qui faisaient régner la violence.
            - Au 16éme siècle on représente aussi des figures de la dépravation antédiluvienne en marge de l'innondation.
Dans une gravure sur le déluge on peut voir des fêtards au milieu de réjouissances et ils aperçoivent le cataclysme qui approche.
Le motif de la corruption avant le déluge va être de plus en plus important jusqu'à être indépendant.

Cette image de la corruption est souvent insérée dans un cycle sur le déluge te la Genèse.

          - Par exemple on peut citer, de Michiel Coxcie (1540), une suite monumentale de 19 tapisseries. Cette suite se rapporte à le violence des hommes et géants antédiluviens responsables de guerres, rapts et furie meurtrière.

            - Puis à le folie meurtrière, les artistes vont préférer les débordements voluptueux dénoncés par le Christ .

 

De Jan Sadeler en 1581, deux gravures symboliques :
1- Hommes et femmes nus autour d'une table s'adonnent à tous les vices. Banquet mythologiques avec au loin, l'arche et la tempête.
2- La société festoie en musique et beaux costumes et en toile de fond, c'est avec le feu que Dieu punit les pêcheurs.

            - Il faut remarquer aussi les cycles gravés relatant les amours antédiluviens :
On connaît ainsi 15 estampes de Jan Sadeler  à partir de dessins de Martin de Vos. Dans cette suite d'illustrations on distingue d'une part la naissance de la civilisation qui se développe harmonieusement et d'autre part, les dernières images se rapportent à  la perversité: des couples presque nus  chantent et jouent de la musique et au fond au delà du déluge c'est Dieu qui apparaît à Noé.

              - Au 17éme siècle, les antédiluviens inspirent les écrivains.
Le poète anglais Drayton décrit la débauche qui gagne la terre: les 1ers hommes bravent les interdits, sont anthropophages, ont des relations incestueuses.

              - Au 18éme, John Milton consacre un chapitre à la folie amoureuse des premiers hommes :
"avant de chasser Adam et Eve, l'Archange Michel, montre à Adam les conséquences de la Faute; il lui montre le crime de Caïn et la perversité sur terre jusqu'au déluge. Des géants en arme ravagent la terre. la luxure et la débauche se répandent malgré les sermons de Noé qui construit l'arche."

              - Un siècle plus tard , l'écrivain suisse, Bodmer, est influencé par Milton et écrit 2 poèmes épiques consacrés à Noé et au Déluge. Il décrit toute une série de personnages autour de Noé et de ses fils et des personnages féminins. Bodmer montre Noé qui parcourt la terre et essaie de ramener les hommes à la raison au lieu des orgies, incestes et autres excès..

              - Elève de Bodmer à Zurich, Henrich Fussli subit l'influence de son maître et il consacre 50 peintures à Bodmer. Fussli lui doit la rencontre avec Dante, Shakespeare, Milton.
Milton décrivait tous les détails du cataclysme. Fussli réduit le déluge du châtiment à  un couple au sommet d'un rocher.

              - En 1762, le parrain de Fussli, l'écrivain Gessner publie un poème racontant les derniers instants de deux amants victimes du déluge.

(Du point de vue des tableaux, 20 déluges sont présentés aux salons.)

Depuis la Renaissance les artistes montraient l'universalité du déluge en représentant une foule et maintenant, depuis Fussli et Gessner on exprime la perte de l'humanité comme un couple ou une famille survivants de l'inondation. L'arche a disparu et le paysage est limité.

Le poème de Gessner ne présente aucune allusion à la Genèse : ce sont simplement  2 amants  surpris par le déluge. Ils  sont seuls dans la tempête, réfugiés au sommet d'un rocher alors que leur famille disparaît dans les flots.
(Cela signifie aussi que, contrairement à la Bible, ce n'est pas l'humanité entière qui est corrompue et doit disparaître : des innocents périssent frappés par un châtiment non mérité.)
Gessner semble développer un sentiment opposé aux textes de la genèse.
Gessner fut aussi un peintre et il grava cette scène avec un paysage romantique de montagne rocheuses et au 1er plan le corps d'une femme à demi nue flottant au gré des vagues.

                - Vigny en 1826, publie un poème "le Déluge" avec le souvenir de Gessner.
Ce sont les derniers instants d'un couple. Mais une nouveauté, le berger est né des amours d'un ange et d'une mortelle : l'explication des anges, démodée depuis la fin de l'antiquité, réapparaît à la fin du 19éme suite à la parution de la traduction d"Hénoch".
On retrouve cette constante dans les textes de Milton, de Byron et Thomas Moore :
Au début du déluge les anges s'envolent avec leurs amantes. Déchus de leur pouvoir, les anges sont voués à voler jusqu'à épuisement au dessus des eaux.

               - Le peintre John Martin créé de nombreuses compositions exceptionnelles autour du Déluge : il apporte une dimension cosmique à la catastrophe.

                                                      ------------------------------------------

 En France aussi l'histoire du déluge connait des développements.

- On connaît de Lamartine
l'histoire de l'ange Cédar qui s'éprend de Daïdha et Lamartine parle aussi de Géants.

- Ou bien encore les peintres Cibot et aussi Charles Gleyre qui montre  des anges en plein vol;  il représente non pas l'inondation mais le retrait des eaux, au moment où la colombe rapporte un rameau à l'arche.
- Il y a aussi le poème biblique de Cailleux: ce dernier regarde du côté des conceptions de Michel Ange et figure des colosses, produits des Séthistes et des Caïnistes.

                                               -------------------------------------------------------

              - Les Géants antédiluviens ne sont pas les seules créatures monstrueuses que le 19 éme associe au déluge.
Chenavard
présente en 1848 un projet (non réalisé) étonnant pour le Panthéon,  que nous avons vu au musée des Beaux Arts de Lyon.

Il s'agit d'une série de scènes illustrant l'histoire de l'humanité et commençant au déluge.

La composition de Chenavard innove car il mêle aux humains des personnages hybrides : satyres, cynocéphales, hommes serpents qui se battent  pour conquérir l'ultime promontoire émergeant des flots.


A côté de ces êtres dénaturés apparaissent des monstres qui n'ont rien d'humain:
reptiles,  mammouths. Le giganteanum, le mastodonte, l'ichtyosaure sont submergés malgré leur taille énorme.
Formes du cauchemar, ce sont des êtres massifs, péniblement soudés, rudes et grossiers essais du monde à refaire. Chenavard associe ces espèces éteintes au destin de l'homme et aussi à l'histoire de la terre et de sa géologie.

              - Enfin dans la Bible Illustrée de Gustave Doré les derniers humains côtoient les grands mammifères disparus et les reptiles immenses: les géants de la Genèse retrouvent ceux de la préhistoire.

                                                               ------------------------------------
 

Cet article est d'un grand intérêt car il rassemble une source documentaire et poétique puissante.

De l'ivresse, de la débauche au vol des anges  et au rêve des belles de la terre , jusqu'aux mastodontes et géants cannibales, il y a tout un mystère qui nous fait remonter aux origines de la terre et à nos origines qui sont le fond commun de notre humanité liée à la terre, à son histoire comme à son futur..

(Il est très probable que je revienne sur des propos diluviens, au sujet de tableaux célèbres de l'histoire ou bien de mes créations qui abondent dans ce sens.)

R.Dumoux
www.viapictura.com

 

 

Tag(s) : #Répertoire iconographique