Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Historique  du musée

A la Renaissance et bien avant il y eut des collections, des cabinets de curiosité qui ont fait l'objet d'articles sur ce blog. Au cours des siècles des collections diverses ont toujours eu cours dans les capitales comme dans les  villes de province.


- Au 17ème, en 1694, à Besançon, pour la première fois, une collection d'art privée, celle du moine Jean Baptiste Boisot fut léguée par testament à la communauté des Bénédictins. Mais  à condition qu'elle soit obligatoirement ouverte au public deux jours par semaine. Et J. B. Boisot donne aussi de l'argent pour l'entretenir. Cette collection était constituée de trésors acquis en France, en Allemagne, en Italie ou Pays Bas.


- L'ouverture de la Bibliothèque publique de Besançon établit le principe d'accès public à un patrimoine artistique. Quelques décennies après Besançon (au début du 18ème)  il y eut des villes telles que Dijon ou Arles qui proposent aussi ces contributions au public. Il s'agit là d'antécédents de la "Révolution culturelle" de la 1ère République  (1792 1804)

 

- Ce sera alors l'éclosion des musées en marge du muséum national, le Louvre ouvert en 1793.
Ainsi au 19ème siècle, outre les gares, les musées seront la nouveauté architecturale du siècle après les Lumières. 40 édifices seront destinés la conservation d'un patrimoine artistique.

 

- Clisson en est l'exemple initiateur : les Lacault y fondent le parc de la Garenne qui sera un mélange de beautés naturelles et de fabriques néo classiques. Ils présenteront là pour le public, leurs collections de peintures et de sculptures d'Italie.


- Ensuite cette tendance devient plus officielle avec des faits impériaux et républicains. Mais cette dynamique muséale sera rompue par la Restauration de 1815-1830 car ni Louis XVIII ni Charles X ne cultivent l'idéal d'une instruction publique fondée sur le rassemblement précieux de richesses. La monarchie de juillet sera plus libérale et surtout la 2ème république montre un grand intérêt pour le développement des musées en province.

 

- Ce sera surtout sous le second empire 1852-1870 que la France va se doter d'un véritable réseau de musées.
Parmi les plus anciens musées : celui de Picardie à Amiens. C'est une imitation assez réussie du Louvre, voulue, en raison du désir de sacraliser le bâtiment. Le musée d'Amiens avec sa prestigieuse réputation et sa richesse des collections s'ouvre à une pédagogie vivante : ses collections sont préhistoriques, antiques médiévales, avec un fonds de peinture très important des 17 et 18ème siècles.

- Durant la IIIème république, l'engouement pour les musées ne cesse de croître. Depuis 1881 il y a le musée de Lille qui occupe une place centrale dans la cité. Il est monumental sur une grande place, très théâtral. La leçon est claire : l'instruction du peuple passe par l'accès public aux plus parfaites réalisations de l'homme.
Les grandes phases des styles vont du néo-classicisme au réalisme en passant par le romantisme et ces moments historiques vont créer la transition des temps modernes à l'ère contemporaine.

 

- La question de l'art actuel est plus difficile à inscrire dans le panorama général du musée qui est d'abord conçu comme un outil de conservation. Alors que dans l'idée de modernité il y a la notion d'avant-garde, d'art militant, et d'innovation, qui on le voit n'est pas en accord avec le concept de musée tel qu'il est depuis les origines.

Au départ le musée est la métaphore de la collection, du souvenir, du passé, de l'atlas, tel l'atlas mnémosyne d'Abbé Warburg auquel il convient de se rapporter.

 

                 Il arrive parfois que certains artistes actuels oeuvrent dans ce sens.


R.Dumoux

www.viapictura.com

Tag(s) : #Articles divers