Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce texte est mis en ligne à l'occasion d'une exposition de mes maquettes et cartons de vitraux dans une église romane (l'église romane de Mont Saint Vincent Bourgogne, France) 

Présentation historique mais aussi destinée à la mise en évidence de cette architecture et en vue de compléter sa restauration.

 

HISTORIQUE DU VITRAIL

Le verre existe naturellement depuis des milliers d'années. L'homme l'utilisa pour tailler des têtes d'obsidienne à partir de pierres volcaniques. Puis il y eut les légendes parlant de marchands phéniciens, faisant cuire leurs aliments sur des blocs de natron, qui ont remarqué une substance visqueuse. A la suite de cela les égyptiens ont découvert le verre en faisant fondre le natron et le sable.


- En fait le verre fut utilisé à partir du 6ème siècle pour les vitraux surtout en France. Il faut donc remonter aux origines de l'ère chrétienne pour trouver les premières expressions de ce mode d'expression artistique. Néanmoins on ne peut préciser une date exacte de la naissance du vitrail.
Il y a un rapport dans l'apparence entre le vitrail et la mosaïque, cette dernière technique amenant les artisans au vitrail. Les fragments de vitraux les plus anciens représentent un visage de Christ du 9ème au 10ème siècle.

- L'âge d'or du vitrail sera au moment de l'avènement de l'architecture gothique. Les grandes verrières des cathédrales devient des immenses tentures de lumières. Les verrières constituent un livre d'images mais sont aussi une lumière spirituelle, un rayonnement céleste. Cet art se déploie de la France à l'Angleterre, à la Suisse et à l'Allemagne puis en Italie ou en Espagne.
A partir du 12ème on voit apparaître le verre en grisaille. Le verre est maintenant légèrement coloré contrairement au vitrail précédent, très coloré. Cette couleur de grisaille très utilisée en Angleterre, met l'accent sur le dessin.

Puis au 14ème siècle apparait le jaune à l'argent. Ce fut une évolution qui a ouvert de nouveaux horizons et a apporté une lumière d'or dans le vitrail. La légende raconte qu'un ouvrier a perdu un bouton d'argent de sa tunique sur un morceau de verre, avant de le mettre au four. Après cuisson, le verre avait pris une coloration jaune. Après cela on put doser la quantité d'argent, d'oxyde d'argent, pour obtenir différents nuances de jaune à l'argent.

Une autre innovation apparut : la technique du verre plaqué ou doublé. Cela consiste à couler sur la feuille de verre en fusion une couche d'une autre couleur. Ce sont alors deux couleurs transparentes qui se superposent. Cette trouvaille extraordinaire a permis de nos jours l'emploi de grands verres colorés et dégradés aux effets merveilleux comme dans les vitraux de Chagall.
Par exemple sur une feuille en fusion de jaune on coule une couche de rouge plus ou moins saturé. Ainsi on obtiendra une feuille de verre dégradé du jaune à l'orangé puis au rouge selon les effets de transparence , de la même façon qu'en peinture avec la technique des glacis. C'est un verre plaqué de rouge sur jaune et de même on peut créer  du rouge sur bleu.
Ainsi s'est créé peu à peu et enrichit le grand art du vitrail.

Le vitrail se meurt à la Renaissance et surtout avec la Réforme. A la Renaissance on détruit des vitraux représentant des miracles et des scènes jugées idolâtres ou de superstition. Et dans une Europe déchirée entre catholicisme et protestantisme le vitrail est en passe de disparaître. Détruit par les guerres et les négligences le vitrail n'inspire plus.

Au 19ème les artistes de l'art nouveau ont travaillé les courbes autour de la femme et de la plante. Les verriers travaillaient dans ce sens en s'inspirant aussi du Japonisme. Un artiste important à ce moment est Louis Confort Tiffany : il produit des oeuvres d'une richesse exceptionnelle dans la matière de ses lampes et aussi dans ses verrières importantes comme à Montréal, ville où il a beaucoup travaillé.

- Le  20ème siècle fera du vitrail un élément essentiel de la construction avec de nouveaux procédés. L'utilisation d'un verre coloré épais de 25 mm et inclus dans le béton est la technique de la dalle de verre. Ce sont alors de véritables murailles de couleur, des compositions abstraites impressionnantes qui s'adaptent aussi aux architectures civiles. Ces vitraux sont produits par certains artistes tel Fernand Léger.
En général les artistes comme Léger Matisse ou Le Corbusier ont beaucoup donné pour les églises ou autres architectures. Et Chagall dans des réalisations en verre à l'antique a réalisé des vitraux faits de verre dégradés et peints à la grisaille.

- Enfin diverses techniques furent improvisées : collage de verres colorés sur verre, sans sertissage au plomb. On applique parfois de l'or ou bien on mélange verre et plastique.
Le peintre Kim En Joong a en particulier réalisé les vitraux de la nouvelle cathédrale d'Ivry. Ces vitraux sont des verres assemblés au plomb selon la technique traditionnelle. Mais les verres sont peints à l'aide de pigments d'émail qui mêlés à un liant donne après cuisson, un aspect d'aquarelle. (la cuisson se fait également à 650°). L'aspect général abstrait lyrique est très lumineux.


Dans cette exposition, à Mont Saint Vincent (Bourgogne, France), les vitraux présentés se rapportent à la technique pure du vitrail à l'antique , fait de verres à vitrail de couleur, assemblés au plomb pour créer des formes et mouvements colorés et peints à la grisaille.


R.Dumoux
www.viapictura.com


cliquer sur l'image ci dessous pour voir les vitraux de Raymond Dumoux.


Expo Vitrail DUMOUX 2w
 

Tag(s) : #La couleur dans l'art