Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


LES  GROTESQUES.

Mon travail de peintre se réfèrent souvent aux silhouettes découpées dans un espace vacant. De même nombre de mes dessins évoquent des figures hybrides , fantaisistes ou fantastiques. Je traite de ce sujet qui est en rapport avec mon travail de dessin, peinture ou gravure.

      _________________________________________


- Les grotesques Romaines

Le terme grotesque est habituellement synonyme de ridicule , bizarre. On parle de figures ridicules ou extravagantes et burlesques.
 Historiquement le grotesque lorsqu'il s'applique aux arts fut en vogue de l'antiquité à la renaissance et  à maintenant  ainsi qu'au cours de civilisations diverses.

Dans l'antiquité, il s'agit des grotesques romaines.. Les romains ne connaissaient pas ce terme et c'est à la renaissance qu'il fut inventé. C'était alors pour définir un genre de décors bizarres découverts dans le palais somptueux de Néron, la Domus Auréa. Cette maison étant abandonnée était un dédale de boyaux souterrains, comme des grottes obscures. Telle est l'explication et l'éthymologie donnée par Benvenuto Cellini .

Ces décors de la Domus Auréa sont donc appelés grotesques et il s'agit d'une ornementation très particulière: on y découvre  des créatures métamorphiques, des monstres assemblés en tableaux isolés, des candélabres et encadrements exubérants ou encore des architectures irréelles.( Mes collections  de dessins comportent de nombreux rappels  de ces créations. )
Un article sera par ailleurs consacré à la Domus Auréa, au peintre Fabulus qui y travailla pour Néron , et à l'antinaturalisme qui se développa dans la Rome Antique.

(Ces figures étranges étaient en opposition avec les idées  pures de l'antiquité classique. A la Renaissance, ces bizarreries furent reléguées dans des frises et maintenant elles vont se développer comme un genre en soi.)

_________________________________________


Au Moyen Age, les Grotesques et le fantastique.

Bien que l'héritage romain ne soit pas très manifeste dans l'art médiéval, on remarque cependant la survivance des grotesques durant les différentes périodes depuis les royaumes barbares à l'art carolingien, de l'art roman au gothique.
On recherche les lignes fondamentales de l'art antique et ainsi il peut y avoir  une continuité entre l'antique et et les interprétations médiévales. C'est comme si le fil conducteur de l'art antique avait résisté sans s'affaiblir.
  Mais au Moyen Age il y eut d'autres influences qui ont masqué les caractères trop visibles du monde gréco-romain;
Par exemple la civilisation arabe avait infusé un autre esprit aux monstres fabuleux d'Asie et occasionné des apparences plus vigoureuses à ces figures.
Autre influence, celle du folklore  de l'Europe du Nord, avec ses légendes orales antérieures au christianisme. Ce qui a aussi altéré les motifs antiques.
Et d'autre part au moyen Age il y a de nombreux caractères fantastiques démoniaques, monstrueux ou liés à la caricature. Ce qui fait que au moyen Age les créations chimériques sont plus complexes plus démesurées que les grotesques romaines (qui demeuraient plus assujetties à des schémas bien précis et structurés)
Un article  spécial pourra être consacré aux grotesques du  moyen âge,  à propos du monstrueux , des enluminures ou bien de la mode des rinceaux.

_________________________________________


-  Les Grotesques à la Renaissance. Le quatrocento et la découverte de la Domus Auréa.

- Le quatrocento découvre les grottes de la Domus Auréa dans les années 1480.
On devait pénétrer dans les ruines de ce palais de Néron en descendant à l'aide d'une corde et les excursions archéologiques avaient des allures de pique-nique.
Les salles de ce palais avaient été comblées sous Trajan si bien que l'on pouvait découvrir de près les plafonds peints comme la Voûte aux Chouettes  ou d'Hector et d'Andromaque. Ces découvertes passionnantes apparurent ainsi dans l'art de cette époque et l'on utilisa couramment ces ensembles décoratifs antiques.

- Le 15ème siécle est le temps du renouveau de l'art classique mais aussi on ne renie pas le fantastique médiéval bien présent.
On utilise des formes classiques pour les transformer selon la tradition médiévale. Par exemple Cosme Turra transforme les dauphins classiques en monstres hérissés de dents et d'épines.
Une grande liberté de pensée fait que l'on admet toutes les compositions  et donc on accueille favorablement les grotesques.

D'autre part, en utilisant les formes de l'art classique on se rapporte aux descriptions littéraires des oeuvres d'art des auteurs anciens qu'il s'agisse de Pline ou de Lucien. (cf. la calomnie d'Apelle de Botticelli fut composée grâce aux descriptions précises de cet écrivain)
-On utilise aussi le répertoire considérable de la sculpture des sarcophages, des arcs de triomphe, des portes et théâtres. Les éléments recueillis sont des palmettes, des griffons, des rinceaux ou les motifs floraux de pilastres décorés.
L'intérêt pour l'art antique se concentre sur ce répertoire décoratif qui se développe sur les encadrements, pilastres, arcs ou cheminées..
Chapelles, tombeaux, portails, boiseries recourent à ces décors dans lesquels s'ébattent de petits animaux inspirés du Moyen Age ou de l'Antiquité. Tout cela avec un sens décoratif et aussi symbolique.
Liberté de composition, trait cursif, touche  et couleur comme  rinceaux ou candélabres auront beaucoup d'influence sur l'art du quatrocento, utilisés d'abord comme ornement puis aussi comme symboles.
Les premiers artistes qui pénètrent dans  le palais impérial de Néron relèvent des  détails de peintures : l'entourage de Ghirlandajo a constitué un recueil de dessins où sont reproduits les éléments du décor de la Domus Auréa tels que les frises de la voûte d'Hector, les chouettes etc Ce sont des copies isolées et ils ont frappé l'imagination pour être utilisés plus tard dans les oeuvres.
Mais au 15 éme les grotesques marquent une différence d'attitude par rapport à l'antique. Dans l'antiquité les grotesques étaient une expression marginale, pas naturaliste.
Au 15 éme on s'attache à tout ce qui est antique et donc les grotesques sont légitimes . C'est pourquoi on l'utilise pour décorer et accompagner les compositions.
Les grotesques se diffusent de Rome à Florence.
C'est Pinturicchio qui donne une véritable impulsion et les ornements se développent sur les pilastres et entablements  séparant les scènes narratives.

La forme du candélabre  s'impose avec son support à 3 pieds et un récipient à son sommet. Tous ces éléments privilégient la grisaille évoquant la sculpture et se déroulent sur fonds jaune d'or en référence à la Domus Aurea. D'autres objets sont parfois juxtaposés librement : masques, satyres, béliers, coquilles, bouquets, écussons, lyres.
Pinturrichio va élaborer des compositions nouvelles à partir de références antiques et médiévales et ainsi gagner de nouveaux espaces.
Les grotesques vont s'intégrer à la paroi entière. On créé au plafond des caissons avec des motifs antiquisants tirés de l'art funéraire, des statues, de la céramique et des vases grecs.

Les grotesques sont consacrés comme genre ornemental et pour la cathédrale de Sienne on va exiger des décors de grotesques. Les oeuvres de Lippi, de Pérugin et Pinturrichio permettent une fusion entre répertoire antique et fantaisies médiévales.

      _________________________________________

 

    - Au 16éme siècle Raphael et ses élèves réaliseront des grotesques. Egalement Perino del Vaga, Giulio Romano s'y adonnent  Il y a enfin les caricatures Léonardesques Dont il sera question dans un prochain article.
   

     - Les 17ème, 18ème (Singeries, arabesques et chinoiseries) et 19 siécle ( extravagance somptueuse  néo-classique) ont des programmes particuliers .

    - Le 20ème siècle présente des grotesques caractérisés dans nombre de décors ou installations de l'art actuel, avec des objets caricaturaux ou fantastiques .

 R.Dumoux

www.viapictura.com

Tag(s) : #Répertoire iconographique