Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La peinture : les silhouettes (art 2)


La silhouette se définit comme une forme se détachant en noir sur un fond clair.

Il y a trois sortes de silhouettes : la silhouette naturelle, la silhouette projetée et la silhouette image (peinte)


La silhouette naturelle c'est lorsqu'un objet est à contre jour. Par exemple une silhouette sombre  se détache sur un fond lumineux et l'on ne distingue pas les détails précis du personnage.

________________________________________________________________


La silhouette projetée, c'est l'ombre d'un objet éclairé.

C'est une sorte d'ombre portée et son intérêt réside dans la reproduction précise d'un contour. Tels sont les jeux d'ombre réalisés avec les mains. On a été ainsi amené à créer des objets découpés spécialement pour faire des ombres portées :ce sont alors les théâtres d'ombre, les marionnettes  et ombres chinoises.

C'est au 18ème siécle puis au 19ème que la silhouette projetée connaît la plus grande vogue.
On dessine et on découpe  pour obtenir des ombres d'objets bien précis dans le détail. Au 19ème ce sera les spectacles de théâtre d'ombres. Pour cela Henri Rivière réalise des légendes à personnages multiples. Il était influencé par les estampes japonaises ou l'on remarque des silhouettes projetées comme dans les gravures d'Utamaro.
D'autre part des scénarios de Caran d'Ache racontent les épopées de Napoléon avec abondance de personnages. Par exemple le Napoléon acclamé par la foule est un Zinc découpé et peint en noir. En art contemporain Christian Boltanski  a aussi réalisé des installations à l'aide de silhouettes projetées et parfois animées.
Mais les silhouettes projetées étaient éphémères aussi on les fixa sur un support et cela permit de dessiner le contour de l'ombre. C''est à ce procédé que traditionnellement on attribue l'invention du dessin et de la peinture : selon la légende grecque, c'est la fille de Dibutade qui  traça sur le mur le profil de son amant Polémon avant son départ pour un lointain voyage. Ainsi la silhouette image est une illustration de ce mythe antique qui se perpétue.

________________________________________________________________


- La silhouette peinte : la silhouette est découpée dans un carton et puis elle est peinte en noir.


C'est l 'ART de la SILHOUETTE  qui connut un développement historique important et fut d'un grand intérêt.
L'art du papier découpé existait déjà au moyen Age  en Perse et en Turquie mais il restait purement décoratif.
Le véritable art de la silhouette naît quand la personne humaine en devient le principal sujet sous la forme d'un profil, depuis la fin du 17ème jusqu'au 20ème siécle.


Ce sera l'époque des profils anglais car c'est en Angleterre que commence cette mode des profils dans un pays qui privilégia  longtemps l'art du portrait, après l'accueil de Holbein et de van Dyck
Le plus célèbre portraitiste de profils fut au 18ème John Miers. Il y eut aussi Buncombe , Jorden, Foster.
Mais il y eut aussi  un grand nombre de femmes profilistes la plus célèbre étant Isabelle Beetham, virtuose des ciseaux également des français firent carrière en Angleterre.


- En France le terme de silhouette vient du nom de  Etienne de Silhouette en 1759 alors que les anglais parlaient de "profils"  Mais en France cet art fut moins répandu. On préférait les portraits peints. Telles sont les oeuvres de Nicolas Cochin ou de Carmontelle. Le plus célèbre profiliste français fut Edouard qui eut une réputation mondiale. Edouard après 10 ans aux Etats Unis et son naufrage à Guernesey, il sauve cependant  3800 profils, ensemble précieux. Autres Français : François  Gonord ou François Torond qui eut du succès avec ses "conversations groups"  (profils assemblés dans un salon)


- La silhouette aux Etats unis fut parfois le fait des immigrés qui en répandirent la mode : quelques noms importants de profilistes sont : John André, William Hubard, ou charles Pearle. On peut citer également une figure historique, Eléonor Custis.


- Dans les pays germaniques, l'art de la silhouette connaît son plus grand développement et une grande popularité. Ce qui fut déterminant pour cet art : la personne de Lavater savant à Zurich avec sa publication de son ouvrage sur la physiognomonie. Cette théorie soulignait la subtilité et la richesse des variations  dans les profils humains permettant des interprétations psychologiques. Il proposait la méthode de projection d'une ombre sur un écran. et cela rappelait la légende grecque de Dibutade. Lavater était collectionneur de profils. Goethe avait compris l'importance de ce livre de Lavater.

A la suite de cela il y eut de nombreux profilistes dont le peintre Otto Runge avec ses  fleurs découpées.


- Au 19ème siécle l'apparition de la photo en 1839 porte un coup fatal à l'art du portrait en silhouette.
Cependant l'art du portrait continue sous une autre forme  en représentant des scènes complexes. Ce sont par exemple des "conversation group" et en Allemagne ce procédé se développe en illustrant des contes.
Il y eut Knapp et puis  Konewska et des illustrations de Goethe. Il y eut aussi le conteur danois Andersen.


- Cette formule se poursuit au 20ème siécle. Vers 1930, l'oeuvre de Reiniger met en silhouette les opéras de Mozart. Puis on a incorporé l'art de la silhouette au cinéma et l'on créé des films en silhouettes comme des dessins animés et il y a un rapprochement avec le cinéma expressionniste allemand comme Murnau.


Toujours au 19 ème et début 20ème la silhouette avec son caractère schématique convient au style de l'affiche. Par exemple Jules Chéret se réfère directement à Dibutade dans une affiche où une silhouette est en train de peindre. On retrouve cela dans l'affiche pour le Moulin Rouge de Lautrec. avec le contre-jour de Valentin au 1er plan et les personnages noirs à l'arrière plan. L'art de la silhouette a ainsi une large destinée sous la forme de silhouettes peintes sur les tableaux au cours de l'histoire de l'art.
Aujourd'hui , les silhouettistes de Montmartre proposent le choix entre deux profils, l'un noir, l'autre blanc. La silhouette blanche ressemble au réel, c'est ce que Matisse a fait en découpant des figures de Vénus en blanc sur fond bleu.
Dans une expression récente il y a l'américaine Kara Walker qui en 2001 combine image projetée et image découpée dans de grands ensembles tels "papier découpés et projection murale (470x 1140 cm) "

L'art de la silhouette peut conserver une actualité réelle et un pouvoir de création qui permet un renouvellement sensible dans la création artistique.

R.Dumoux
www.viapictura.com
 

Tag(s) : #Répertoire iconographique