Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

NEO-CLASSICISME  et RENAISSANCE

       Il été question de ces notions au moment d'une exposition qui eu lieu  au Louvre, "l'Antiquité Rêvée". De façon paradoxale, le siècle des Lumières, le 1er siècle de l'époque moderne, semble prôner un retour à l'Antique considéré comme un modèle à reconsidérer.


        En réalité, depuis la fin de l'empire romain, l'antiquité en Europe est regrettée comme une forme de civilisation supérieure qu'il faut retrouver. En fait chaque époque de recherche et de vitalité en Europe, depuis le Haut Moyen âge jusqu'au 18ème, a fait cette recherche. C'est alors une tentative pour faire revivre l'Antiquité synonyme de progrès et d'espérance.
On redécouvre les textes de Sénéque, Tacite ou Cicéron et les humanistes comprennent que les Anciens avaient élaboré une civilisation très avancée  et un modèle de gouvernement. Le retour à l'Antique est alors considéré  comme une aspiration à un futur meilleur.
Ces divers mouvements au cours de l'histoire sont appelés "renaissances" telles la renaissance Carolingienne ou le 16ème siècle.


        Au 18ème il ne s'agit pas complètement d'une renaissance (le 18ème fut surtout le fait d'une anticomanie en raison d'une documentation beaucoup plus importante)
Ce siècle est cependant du plus grand intérêt à ce point de vue. En effet 1763 voit la découverte de Pompéi. On dispose de documents visuels importants et précis. On a en main les objets mobiliers, de la vie courante et les peintures d'Herculanum. Surtout on redécouvre la Grèce  et son Art plus fascinant que les imitations des Romains.
Ce néoclassicisme a un aspect "Renaissance". Au 18ème, précédemment il y eut le style "Rocaille" :  Il eut un grand succès mais fut jugé décadent, immoral, comparé à la noblesse de l'antique. Le rocaille (dont le peintre Boucher est un représentant) fut repoussé, combattu par Mariette, Cochin et le comte de Caylus ( figure majeure du néo classicisme dont nous reparlerons)

      Mais à notre époque contemporaine que dire du néoclassicisme? Qu'en est-il de l'héritage classique aujourd'hui?
Nous avons évoqué dans d'autres textes, l'aspect Kaléidoscopique de nombreuses productions artistiques dominées par le  superficiel, le décorum tapageur  ou bien par le seul intérêt de la spéculation. Qu'en est-il de la profondeur de pensée, de l'âme, de l'humanité, de l'humanisme?
       L'historien d'art italien Salvatore Settis écrit dans son livre "le Futur du Classique" : "le classique mérite l'attention et l'étude et il mérite d'être proposé à l'école non comme un jargon privilégié par l'élite mais comme la clé d'accès à la multiplicité des cultures du monde contemporain."
Ce n'est pas en n' étudiant plus le latin ou le grec que  l'on devient pleinement moderne. Toute notre histoire et l'histoire de l'Europe prouve l'inverse.
                           L'ANTIQUE EST EN EFFET DU CÔTE DE LA MODERNISATION.
Pour être fidèles à eux mêmes les peuples ont un problème face à la mondialisation qui nivelle et par conséquent ils cherchent ailleurs c'est à dire du côté de leurs sources, des  ancêtres et de l'antique. Cela est vécu d'ailleurs pour tout artiste ou créateur qui échappe à un nivellement devenu de plus en plus généralisé.
Pour nous en Europe l'étude approfondie du monde Gréco-romain peut être maintenant un principe d'éducation et de formation. C'est un fond commun  qui nous donne une assise et une convivialité solide.


R.Dumoux
www.viapictura.com

Tag(s) : #Articles divers